Cartographie de la transition de Mather (1992) et de la dynamique de l'occupation des sols le long du transect CoForTips à l'aide des archives PROBA-V

J'ai réalisé au cours de mon Master 1 un stage de 4 mois, avec Johan Oszwald, qui s'intégrait dans le projet « CoForTips : Forest of the Congo Basin : Resilience and Tipping Points » qui avait pour objectif d’aider à une meilleure gestion des forêts du Bassin du Congo à partir de l’élaboration de scénarios de biodiversité sur un horizon temporel de quelques décennies. Pour cela, j'ai cartographié la transition de Mather (1992) et la dynamique de l'occupation des sols le long du transect CoForTips à partir d'images du satellite PROBA-V. Cette transition suppose qu’au fur et à mesure du développement d’un pays, la surface forestière évolue de manière prévisible compte tenu de la présence humaine. Cette évolution passe par une phase de déforestation, suivie d'une stabilisation jusqu'à une phase de reforestation. Ainsi, l'objectif était de placer 3 sites d'études sur cette transition forestière et d'estimer leur dynamique d'évolution.

Pour cela, le satellite PROBA-V a été choisi pour cette étude. Ce choix a été motivé par sa nouveauté, sa fauchée s'approchant de celle de MODIS, mais avec une résolution spatiale et temporelle supérieure. Une classification orientée objet a été effectuée pour distinguer l'occupation du sol. Cette classification a été réalisée en plusieurs étapes, car certaines occupations du sol pouvaient se confondre. Ainsi, chaque classe a été déterminée individuellement pour terminer par une combinaison de chacune d'elles pour reformer l'image originale. Puis, le transect CoForTips a été produit et était composé de 70 cellules de 1km2. Au sein de chacune de ces cellules, la répartition des différentes classes d'occupation du sol a été calculée. Puis, des indices paysagers ont été calculés pour quantifier la fragmentation du paysage, la densité et la diversité des classes ainsi que la richesse du milieu.

Ces données par cellules ont été utilisées dans le cadre d'une analyse descriptive, plus précisément une Analyse en Composante Principale, pour identifier les dynamiques de chacune d'elles. Cette analyse a permis d'observer très nettement une opposition des cellules placées dans le nord du pays (anthropisé) et le sud (front de déforestation). Concernant les sites d'études, de par le classement ordonné des cellules, il a été possible de placer ceux-ci sur la transition de Mather, mais aussi, d'après des archives Landsat et de la connaissance du milieu, la dynamique d'évolution de chacun de ces sites a été indiquée. Le document de travail que j'avais réalisé est disponible à cette adresse. Les résultats de ce rapport ont été intégré dans un rapport technique qui est disponible à cette adresse.

Suite à ce stage, Johan Oszwald m'a permis de participer au PROBA-V symposium de 2016 visant à regrouper des travaux réalisés à partir d'images PROBA-V afin de voir le potentiel de ce capteur. J'ai donc effectué une présentation orale de 20 minutes pour partager mes travaux de stage.

Mather, A. (1992). The Forest Transition. Area, 24(4), 367-379. En ligne : http://www.jstor.org/stable/20003181 – lien valide le 7 avril 2019